Album Brise de conscience, produit par Mohamed Mestar et Faouzzi TARKHANI

Album Brise de conscience, produit par Mohamed Mestar et Faouzzi TARKHANI

BRISE DE CONCIENCE est un ALBUM multi-interprète de duo, avec CHEB MAMI, LA RUMEUR, IAM SHURIK’N, BERNARD LAVILLIERS, CAROL FREDERICKS, ISMAEL LO, PRODIJE (LA MENACE), GAD ELMALEH, CASEY,LES NUBIANS (CELIA), EKOUE, ZINEDINE ZIDANE, JAMEL BOURAS, JM SISSOKO, K’REEN de la scène HIP HOP –

Album produit par Mohamed MESTAR et Faouzzi TARKHANI rappeur avec son album « le noir me met à l’abri »

Faouzzi TARKHANI et BERNARD LAVILLIERS ont composé le titre « Ma France a moi » pour cet opus.

=> Lien vers le Spotify de l’artiste Faouzi Tarkhani

zidane et mohamed mestar pour l'album brise de conscience
Cd brise de conscience
Pochette Brise de conscience
Album brise de conscience produit par Mohamed Mestar

Mohamed MESTAR et ses amis poussent la banlieue en avant

Il y ont tous passé leur jeunesse. Des “enfants de banlieue” qui sont au sommet de l’affiche, se retrouvent, avec Zidane, Bourras et Cheb Mami, Bernard LAVILLIERS sur la compilation “Brise de conscience”.

Olivier Bassine
Le Courrier de Mantes
Publié le  06 avril 2000

La bande Mantaise de “Brise de conscience” : de gauche à droite Mohamed Mestar, Fares, Faouzi Tarkahni et Siham.

“Quand Zidane parle, il a plus d’audience auprès des jeunes que Jospin. C’est pour ça que nous avons réuni sur un CD des chanteurs, des humoristes et des sportifs emblématiques. Mais si aujourd’hui, les jeunes de banlieue qui ont réussi sont sportifs ou artistes, il faut que demain il y ait des médecins et des avocats. En quelques mots, le rappeur de Sarcelles, Faouzi Tarkhani, initiateur de “Brise de conscience”, a résumé jeudi soir à Mantes, sur Radio Droit de Cité, la philosophie d’un disque, manifeste contre la violence et pour la réussite des banlieues.

De sa rencontre avec Mohamed Mestar, le producteur de Faudel et de son frère Fares (Karim), est née cette “brise” qui évoque l’ancienne association mantaise “Appel d’Air”. Un souffle léger qui se veut modeste, mais qui est en réalité une bouffée d’oxygène pour l’image des banlieues. D’abord parce que le message est clair : “halte à la violence, oui à la réussite, notamment dans les études”. Ensuite, parce que les recettes espérées du CD serviront à financer des projets, création d’entreprise, bourses pour des étudiants, encouragement à des initiatives novatrices grâce à l’association “Brise de conscience”.

20 titres pour un même message

Dans cet album de stars du sport et du spectacle, présenté il y a un mois par Faudel aux Victoires de la Musiqueles Mantais sont en bonne place. Outre le chanteur de “Baïda”, devenu acteur (“Jésus”), et son frère Karim – qui sort en septembre, sous le nom de Fares, un album réalisé avec les musiciens de Jamiroquai – “Brise de conscience” c’est aussi la chanteuse Siham et “Les Intégrés” (les humoristes Rachid Kallouche et Saïd Berrara).

En tout 20 morceaux, interviews, sketchs ou chansons, composées pour la plupart par Faouzi Tarkhani, avec notamment Dieudonné, Bernard Lavilliers, un duo Faudel et Fares (“Enfants des Quartiers”), Alliance Ethnik, Lââm, Carole Fredericks et Cheb Mami. Pour la présentation de cet album, qui est sorti le mardi 4 avril, Faudel était attendu sur le plateau de RDC, la radio installée au collège André-Chénier au Val-Fourré. Mais jeudi, il devait enregistrer son prochain album, et c’est Mohamed Mestar, son producteur, Fares, Siham et Faouzi Tarkhani qui étaient derrière le micro pour parler de cette “Brise de Conscience”. Bon vent…


Prendre son destin par la main

“Nous sommes responsables de ce qui se passe autour de nous dans ce pays”, a expliqué jeudi Mohamed Mestar. “Quand on prend du recul par rapport à la notoriété, on voit tous ceux qui rament. Notre démarche devient politique, parce que ça nous concerne, parce que nous sommes des enfants de l’immigration”.

Autre leitmotiv : ne pas casser les rêves des jeunes en les maintenant dans une fatalité de l’échec. “Ce qui me ferait plaisir, c’est que tout le monde se réveille. Nous avons des rêves et nous pouvons les réaliser” ajoute Fares, qui sait de quoi il parle, puisqu’après avoir vu son frère Faudel grimper les marches de la gloire, il enregistre à son tour un album chez Polydor. Pour Siham, enfin, il s’agit avant tout de se prendre en main : “Nous sommes là, nous avons fait notre chemin. Et nous n’avons pas forcément besoin des politiques pour mener à bien nos projets”. Eux, en tout cas, y sont parvenus. Alors pourquoi pas demain des tas d’autres ?…

TEXTES DE BRISE DE CONSCIENCE

  Interprètes : Cheb Mami, IsmaËl Lo

               Auteurs: Cheb Mami, IsmaËl Lo, Faouzi Tarkhani

               Compositeur : Faouzi Tarkhani

               Réalisation : Faouzi Tarkhani

               Violon : Farhat Bouallagui       

               Programmation: Romaric L.

               Mix: Bruno fourrier Assistant : Matthieu 

               

                                       Refrain

               Changeons de mentalité, tous ensemble, tous ensemble

               Dans les ghettos, les cités

               Changeons de mentalité, tous ensemble, tous ensemble

               Un peu de moralité

Isamel lo

NOUYOUNALA NIGNOUY NIYO BOUR

DILA TALAL SAMAY LOKHO

NOUYOUNALA YAW MIMAY DEKLO BEUGUE GNOU BOKE KHALAT

AU SEUIL DU 3 EME MILLENAIRE CHANGEONS DE MENTALITE

SENEGAL MOY SOUMA REW TE REW OUM TERANGALA

NOUYOUNALA NIGNOUY NIYO BOUR

DILA TALAL SAMAY LOKHO

NOUYOUNALA YAW MIMAY DEKLO BEUGUE GNOU BOKE KHALAT

Traduction

Je vous salue avec tout les honneurs et respects, je vous tends la main

Je vous salue vous qui m’écoutez pour que nous ayons les mêmes perspectivres d’avenir

Au seuil du 3 ème millénaire changeons de mentalité

Sénégal mon pays est une terre d’hospitalité  et d’échange

Respectes toi si tu veux qu’on te respecte

Travaillons ensemble main dans la main.

Cheb Mami

Interprètes : Laam, Carole Fredericks                                            

Auteur: Faouzi Tarkhani                                                            

Compositeur : Faouzi Tarkhani                                                     

Chœur: J.mi Sissoko, Suber

Réalisation : Faouzi Tarkhani                                                      

Programmation: Romaric L.

Clavier: Jean-Philippe Martin                                                      

Guitare: Alex Blandin

Cuivres : Christian Foucquet

Basse : Thierry Benjamin Maclir Mac-Lear                                                           

Mixe: Bruno Fourrier , Assistant  Matthieu 

 L’avenir est en moi

 Et ce monde a ses lois

 Je connais ma leçon, c’est le mauvais le bon                                                        

 Mais trébuche à chacun de mes pas

 Dans ce grand tourbillon

 Où tout devient frisson

 J’ai vu le jour partir, l’amour comme un martyr

 S’évader là où je ne sais pas

                            Refrain

 Changez l’horizon, changez l’horizon

 Une autre nation, nation pour tous nos garçons

 Changez l’horizon, changez l’horizon

 Une autre nation, nation pour tous nos garçons

 De meilleurs lendemains

 Laforce est dans leurs mains

 Arrêtez de nous mentir, cacher notre avenir

 Sous des paroles que je ne crois pas

 Et si notre horizon

 N’était qu’une belle prison

 J’oublierai les saisons, et perdrai la raison

 Oublierai jusqu’au bout de la joie

 Every thing must change, nothing stays sane

 Every thing must change, nothing stays sane

                             Refrain

 Changez l’horizon, changez l’horizon

 Une autre nation, nation pour tous nos garçons

 Changez l’horizon, changez l’horizon

 Une autre nation, nation pour tous nos garçons

                            -III-

 M’évader sur une autre voie

 Où l’amour dicterait sa loi

 D’un sourire, refleurir

 L’avenir du bout de mes doigts

 Effacer le gris sur les toits

 Dessiner le bleu sur la soie

 D’un sourire refleurir

 L’horizon du bout de mes doigts

                             

Refrain

 Changez l’horizon, changez l’horizon

 Une autre nation, nation pour tous nos garçons

Interprètes : Faouzi Tarkhani, Casey, VASQUEZ LUSI, Ekoué               

Auteur: Faouzi Tarkhani, Casey,Ekoué,Kinto

Réalisation: Faouzi Tarkhani

Programmation: Romaric L.

Compositeur : Faouzi Tarkhani                                          

Guitare : Alex Blandin 

Basse : Thierry Benjamin alias Maclier Mac-lear

Clavier : Jean Philippe Martin

Mixe : Bruno Fourrier, Assistant  Matthieu 

      

                                -I-

      Quelle importance, que l’on se joue de notre ignorance

      Que l’on nous insulte d’incultes en permanence

      Que l’on nous juge que l’on nous gruge

      Ceux qui dirige savent qu’on les dérange du fond de nos refuges

      D’étage en étage les tours s’étirent

      Autour des tas de barbares alors qu’ils voulaient des martyrs

      Qu’ils voulaient nous mentir pour nous dérouter

      Mais trop de doute dans nos têtes nous a rendus entêtés

      Conséquence la dissidence se durcie

      Avance vers une violence sans merci

      Les nantis sont an‚anéantis

      Parce que les exclus s’exclament et ont cesser d’être gentils

      Hargneux et teigneux des rebelles poussent

      Agités motivés par une folie douce

      La révolte se précise, car ils m‚prisent les valeurs apprises

      En bref leur conscience est en crise

                                Refrain

      Crise de conscience partout où j’avance au vent de la violence des enfants   

      prennent la confiance

      Prise de conscience des enfants frisent la démence au vent de la violence 

      que ma brise, brise le silence

                                -II-

      J’ai la haine, acide et mielleux sur bit fielleux

      La rage au fond du bide, crache ma verve en BILE

      Un flot qui coule comme une larme lente

      Germe dans mes tempes comme une id‚e inquiétante

      Imagine, tu veux le top du crime, poursuite dans la ville flingue en mains  

      ton américan dream

      Puisqu’une jeunesse crédule t’adule

      Qu’… chacune de tes ventes la connerie s’accumule

      J’ai la conscience qui crise, mon éminence grise

      Vise, tire, brise, tous les M. C. qui menuisent

      Pendus aux tresses de la d‚tresse

      Haine et violence sont devenues des fonds de commerce

      Du gangster class‚ hors normes

      Quand ça chauffe il se transforme et le mais devient pop-corn

      Ici Faouzi Tarkhani

      Puisque l’ânerie a fait de toi son égérie

                                -III-

      Le soleil brillera plus pour nous, y a rien pour nous, est-ce qu’on est 

      debout ?

      Si la vie ‚tait un long service militaire s–r qu’on la passerait au trou

      Durs et pires tous ces tabous

      Merci … mes exemples, ouais merci beaucoup

      On d‚serte tous, il s’agit pas de loi à nos trousses

      Juste la frousse de faire pour nous autres le nécessaire pour pas qu’on se 

      vautre

      Pousse gamin, tousse et crache gamin

      Surtout vise bien, dans tes rancœurs , touche pas aux miens

      J’assure mon respect pour les tiens

      Putain, y a bien un truc qui me d‚mange

      Nos rent-pas en ont chié, jamais ils se sont plaints ,faut qu’on les venge

      Mais la succession tiendra le coup

      Du mal à joindre les deux bouts

      Rendez-vous avec rien foutre, tous les jours même merde partout

      Tous les jours j’y pense, ça grise ma conscience

     

     

     Et si nos raps n’étaient que complainte et complaisance

      C’est deux putains d’extrêmes qui nous enferment dans l’ignorance

      Vasquez Lusi pour Less du neuf faut que ça avance

                               Refrain

      Crise de conscience partout où j’avance au vent de la violence des enfants 

      prennent la confiance

      Prise de conscience des enfants frisent la démence au vent de la violence 

      que ma brise, brise le silence

                               -IV-

      J’ai plus la fougue de mes quinze ans, vingt quatre ans aujourd’hui

      Mes stimulantes utopies renforcent mes a priori

      Mon rap comme une lame de fond

      Finira bien par te convaincre après une bonne leçon

      Qui perd gagne du temps en s’efforçant de concilier les deux

      Les règles de l’art et de l’argent avec ou sans contentieux

      En tout cas si c’est à l’ordre du jour

      Avant qu’ils accourent laisse la charogne aux vautours

      Se disputer les miettes, protège tes morceaux de bravoure

      De ces pickpockets le doigt collé à la gâchette

      C’est pas les armes qui manquent, car dans nos têtes au fait

      Reste la meilleure planque, de loin le compte en banque plein

      Tant qu’on y est de loin ou de prés, tiens-toi prés de la mesure

      Toi qui confonds auto-dérision et dépravation

      Mes rimes te torturent, compte tes points de suture

      Face à ces tristes figures en pleine crise de boutons

      Refrain

      Crise de conscience partout où j’avance au vent de la violence des enfants 

      prennent la confiance

      Prise de conscience des enfants frisent la démence au vent de la violence 

      que ma brise, brise le silence

Interprète:Bernard Lavilliers

   Auteur :Bernard Lavilliers                                                 

   Compositeurs:Bernard Lavilliers , Guillaume Rossel

   Réalisation: Guillaume Rossel

   Guitare : Marc Papazian

   Programmation: Guillaume Rossel

   Mixage : Bruno Fourrier , assistant: Matthieu

               Refrain

               Délinquance

   J’aimerais bien écrire sur les blocs qui longent le périphérique

   Une histoire d’amour qui débloque pour cette vie énigmatique

   Qui m’a fait naître à angle droit au centre des tours symétriques

   C’est la poésie que je vois mais ma rue est à sens unique

                Refrain

                Délinquance

                                           -II-             

  Je tourne en rond je tourne autour, tout tour du périphérique

  Mais le soleil dans ma cour regarde la vie en oblique

  Comment Pouvoir aller tout droit quand la diagonale te briffe

  Dés le départ et que tu vois pas de sortie que des exits

                 Refrain

                 Délinquance

                                           – III –

 Cette voix qui te tourne autour, cette voix grave et sensuelle

 Plutôt que de te parler d’amour te chante le marché parallèle

 Des fois ça fait un bruit d’enfer à l’intérieur de ta conscience

 Mais reconnais que c’est trés cher quelques oublis payés d’avance

                   Refrain

                   Délinquance

                                              -IV-

J’aime bien écrire sur les blocs qui longent le périphérique

Une histoire d’amour qui débloque regardant la mort en oblique

Dans ma cité de vieux légos, Lejeune illégal s’applique

A séparer le vrai du faux et la beauté de l’esthétique

                   Refrain

                   Délinquance

Interprète : Siham         

Auteur: Faouzi Tarkhani

Compositeur : Faouzi Tarkhani

Réalisation: Faouzi Tarkhani

Clavier: Jean-Philippe Martin

Basse : Thierry Benjamin Maclier alias Mac-Lear

Programmation : Romaric

Mixe : Bruno Fourrier Assistant : Matthieu

Des larmes sur le pavé

Des corps prêts à plier

De l’aube au soir vivre pour la money

Du boss jusqu’au laquais

Au building super-marché

Travail au noir, vivre pour la money

Des rêves dans les citées

Le démon sollicité

Histoire de croire, vivre pour la money

Suer jusqu’à saigner, quand d’autres transpirent pour le pire

Réveillé par la rosée ou dormir

Mères accablées, harassées, pour quelques bahts, quelques lires,

Vivre pour la money, vivre pour la money, vivre pour la money

                          Refrain

Et si tous les vents se liguaient

Contre tous ces dieux de papier

Vivre pour la money, vivre pour la money, vivre pour la money

Esclaves jusqu’à ne plus penser

Papillons de nuit enflammés

Vivre pour la money, vivre pour la money, vivre pour la money

Misère, parents fauchés

Gratter ou bien cocher

Un même espoir, vivre pour la money

Ministres innocentés

Voleurs mis à la Santé

Un même regard, vivre pour la money

De l’aube au soir, vivre pour la money

Pour dieu dollar, vivre pour la money

Vivre dans le tord, ivre devant l’or, vivre pour la money

Vivre pour son corps, ivres comme le sort, vivre pour la money

                          Refrain

Et si tous les vents se liguaient

Contre tous ces dieux de papier

Vivre pour la money, vivre pour la money, vivre pour la money

Esclaves jusqu’à ne plus penser

Papillons de nuit enflammés

Vivre pour la money, vivre pour la money, vivre pour la money

 Interprètes : Mister Gang, Macinissa, Faouzi Tarkhani                                                       

    Auteurs : Mister gang , Macinissa , Faouzi Tarkhani    

    Compositeur : Mister Gang

    Réalisation : Mister Gang

    Mixe : Bruno Fourrier Assistant   Matthieu

                                

   Ne te retourne pas sur tes efforts passés

   Tu sais que les dernières prières sont les plus lourdes à poser

   Mais la sueur est une armure qui te protègera des lames les plus dures

   Méfie toi le mal n’est pas si loin

   Et souvient toi Oh Combien

                       Refrain

   Combien de larmes, pourquoi ce sang versé

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés

   Combien de larmes, pourquoi ce sang vers‚

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés

                       -II –

   Accorder le pardon, un peu d’amour dans le coeur

   Y a que ça qui nous fera gagner la vraie guerre

   Acquérir  atteindre la sagesse

   Patience tout en affrontant la sécheresse

   Les semences de la colère promettent un avenir dangereux

   Le choix est toujours présent, réfléchi à l’enjeu

   Cherche l’équilibre j’aime pas te voir tendu

   T’as tant de luttes, qui t’attendent encore

   Avant de décrocher le mérite

   Man t’as encore rien vu

   Bienvenue t’es qu’en début de partie

   Finalises tes buts, y a pas de répit

   Il faut que tu te construises petit

   Te laisse pas détruire, abattre

   Faudra que tu combattes malgré toi l’injustice

   Plein un

   D’illusions d’optique nous brouillent les pistes

   Les sales pitres font tout pour qu’aucun de nous réussisse

   Le frigo vide et les poches pareil

   Ah ! pour les remplir les nouveaux petits flirtent avec le vice

                        Refrain

   Combien de larmes, pourquoi ce sang versé

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés

   Combien de larmes, pourquoi ce sang vers‚

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés                                          

                         -III-

   Planque tes joyaux, la bande de hyènes est de sortie

   Ce soir c’est soirée haine, saignade entre petits

   Dis moi si c’est pas l’enfer sur la planète

   Les frères partent avant l’heure, donc dirige les manettes

   T’incite à la gâchette, fera tout pour qu’ils t’achètent

   Ah ! je vends pas ton âme reste honnête et propre

   Sans rien devoir à personne, percer en cultivant sa conscience

   Sans trop foutre le boxon

                        Refrain

   Combien de larmes, pourquoi ce sang versé

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés

   Combien de larmes, pourquoi ce sang vers‚

   Combien de frères et soeurs, la violence nous a-t-elle enlevés   

Interprètes : Bernard Lavilliers, Faouzi Tarkhani, Nzongo’Soul

 Auteurs: Bernard Lavilliers, Faouzi Tarkhani, Nzongo’Soul

 Compositeur: Faouzi Tarkhani

 Réalisation: Faouzi Tarkhani

 Clavier: Jean-Philippe Martin

 Guitares : Maxime Leforestier, Alex Blandin

 Programmation : Romaric L.

 Mixe: Bruno Fourrier, Assistant : Matthieu 

                        – Intro-  Nzongo’Soul     

Zébi ya motema

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka Brise conscience

(beauté du paysage)

Zébi ya motema

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

                        – I – Faouzi Tarkhani

 Loin des champs de vignes, des rocs lisses aux blanches cimes

 Des paysages verts, des lacs clairs à l’ondée digne

 Mon royaume se dresse orgueilleux comme une tour

 Visages hâlés, grillages en cage sombres vautours

 Un terrain vague une image précise ma banlieue grise

 Urban comme les species, sans haine elle te brise

 Les sirènes hululent, les squales pullulent

 Virgule sur la bulle, crocodile sur le pull

 J’ai le vague à l’âme, nostalgique du macadam

 Elevé sur une terre dure j’aime le ciment comme ses trames

 Porches cassés, couscous, maffés

 Gardiennes lassées, partie de foot à trente sur le gravier

 Les paniers comme des palmiers toute l’année sont ployés

 Les tours illuminées se fondent dans un ciel étoilé

 Ma France à moi par mon coeur choyé

 Ici vie mon foyer, Par tes larmes noyées

                       – Refrain –

Zébi ya motema ma France à moi 

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

Zébi ya motema ma France à moi

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

                        -II- Bernard Lavilliers

 

On est pas d’un pays mais on est d’une ville

 Où on peut retrouver son chemin dans le noir

 Où les vaisseaux fantômes des anciens laminoirs

 Ont laissé sur nos mains des traces, des traces de calamine

 La misère écrasant son mégot sur mon coeur

 A laissé dans mon sang la trace indélébile

 Qui a le même son et la même couleur

 Ma France à moi tu vois c’est le cahots des mines, c’est le cahots des mines

 

                

                     Refrain

Zébi ya motema ma France à moi 

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

Zébi ya motema ma France à moi

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

                 

                        -III- Nzongo’Soul

Ma bélé oyo nde bossembo

(ô terre de rectitude)

Na tombéli yo boyambi

(je te souhaite l’ouverture)

na méli muessé no pé na ndimi

(je me suis nouri de ta lumière)

na sengui ondi ma mgai pé lélo

(en échange aujourd’hui accepte la mienne

ya solo 

                        -IV- Faouzi Tarkhani

 Visages et pages d’images

 Mon taudis ma maison sage

 Je rêve d’autres rivages

 Où les enfants sont plus sages

 A quoi bon m’évader

 Le béton m’a bercé

 Mon destin cimenté plonge jusqu’au fond de toi

                        -FIN-

Zébi ya motema ma France à moi 

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

Zébi ya motema ma France à moi

(sagesse du Coeur)

Bokassi bua nzéla

(force de la voie)

Kitoko ya mboka

(beauté du paysage)

Interprètes : Shurik’n, Chris 

Auteurs : Shurik’n, Faouzi Tarkhani 

Compositeur : Shurik’n 

Arrangements Coeurs : Chris

Réalisation: Faouzi Tarkhani

Programmation  : Shurik’n, Hery

Mixe : Bruno Fourrier ,Assistant Matthieu                            

Clavier: Jean-Philippe Martin

                                                                                                                                               

                         Refrain

 Une verve douce, comme une verte pousse

 Sème le miel et récolte le printemps

 Un verbe louche comme l’herbe en bouche

 SŠme la haine et récolte le chiendent

                          -I-

 Ca pousse comme du chiendent dans les champs mal labourés de nos coeurs

 Hérissés de piquants, le palpitant lègue sa rancoeur au poing

 Et quelque part au coin de la cafetière, ça cède sous la pression

 Pas plus tard qu’hier les morts étaient encore légion

 Ca pousse comme du chiendent dans une main fermée, une bombe lâchée

 Sur une terre hachée, quelques milliers de vies gâchées

 Plus celles cachées, une arrachée, un pompe chargé

 Un blouson trop cher et pas plus tard qu’hier

 Un verger a fuie devant un cimetière

 Ca pousse comme du chiendent

 Dans les têtes tortueuses

 Les idées torturées se tortillent

 Sur le grill des tordus qui ont tous eu leurs statuts

 Oui mais, qui ne dit mot consent et pas plus tard qu’hier

 Un mec est mort d’excès de croyance, c’est pas con ça

 Ca pousse comme du chiendent

 Ca enrage les sages

 La morsure des mots des mots fait des carnages

 Chaque jour on en fait la démo

 Où y a de la haine y a du marbre

 Alors que les fléaux repartent

 On se suffit à nous-mêmes, on sait où ça nous mène

 Et pourtant on se démène

 Mais bon quand même, peace men

 A ceux qui récoltent ce que d’autres sèment comme du chiendent

 Comme un produit toxique tue lentement !

 Comme une mauvaise blague y a que ceux qui en font qui trouvent ça marrant

 Le chiendent, ça pousse sur les murs gris de nos colères noires,

 Couvertes d’insultes, ça ronge, ça roue de coups

 Tout le monde voit personne bouge

 L’alerte sonne pour des sourds et la route est minée

 Pas plus tard qu’hier des minots se sont mis à fumer

                          Refrain

 Une verve douce, comme une verte pousse

 Sème le miel et récolte le printemps

 Un verbe louche comme l’herbe en bouche

 Sème la haine et récolte le chiendent

                           -II-

 Combien sont les graines qui germent dans la nuit et fleurissent dans le ciment

 Comme l’écorce du chêne, sont dures mais la force et la foi poussent en dedans

 Je vois l’espoir comme un été

 La haine comme une forêt embrasée

 Mais la folie pousse dans les rues

 Et nos jeunes pousses s’entre-tuent

 Comme une veuve noire à l’affût

 La mort paie son tribu

 Les coeurs se fanent une pluie de larmes acides comme le napalm

 Vois-tu ta mère qui prie fragile comme un brin de muguet

 Comme le roseau qui plie, ploie, au vent de tes méfaits

 Avec mon coeur avec mon sang j’arracherai le chiendent

        

                         -III-

        Dis-moi où je vais dans ce dédale

        Pris, je râle à tord

        Faut pas que j’ déraille ou le cor sonnera la dernière bataille

        Ce que je veux c’est que ça aille mieux

        Les soirées sans sourire y a pas pire

        Au final ça fait pleurer les yeux

        Et les grappes tombent, plombent

        Le monde détale, la terre s’étale

        Pour les principes c’était l’idéal, du coup ils sont en cavale

        Tu parles d’une aubaine

        La scène est libre, pas pour longtemps

        Pas plus tard qu’hier j’ai vu pousser du chiendent

                                 Refrain

        Une verve douce, comme une verte pousse

        Sème le miel et récolte le printemps

        Un verbe louche comme l’herbe en bouche

        Sème la haine et récolte le chiendent

Auteurs : Faouzi Tarkhani, Prodige                                                       

Interprètes : K-Reen , J.Mi Sissoko, Prodige 

Compositeur: Faouzi Tarkhani  

Réalisation: Faouzi Tarkhani                                                      

Guitare : Alex Blandin

Clavier: Jean-Philippe Martin 

programmation: Romaric L.       

Mixe : Bruno Fourrier , Assistant Matthieu

                               -I-

     Veuve noire elle a régné sur mes nerfs

     Tuant jusqu’aux enfants, cette araignée meurtrière

     Citer, seule dans ma cité de fleurs 

     Tous les mots qui durent pour faire de toi u n monde meilleur 

     J’ai lutté, piégé sur une toile de fer

     La rue est une furie qui se nourrit de misère

     Sauver, sauver la chair de ma chair

     Pleurer comme on pleure avec les larmes d’une mère

                            Refrain

     J’ai peur pour nos fils , j’ai peur pour nos frères peur que la rue change  

     nos jardins en cimetières

     J’ai peur pour nos filles, j’ai peur pour nos sœurs peur que la rue leur 

     fasse oublier la pudeur

                             -il-

     Dure et fière, ma vie est comme un cri de guerre

     J’ai appris à ma battre seul dans cette cité de pierres

     Tu m’aimais comme un fils aujourd’hui tu me perds

     Je voudrais m’évader mais la toile se serre

     Crier serré au creux de tes serres

     T’aimer comme une mère, oh toi qui m’as bercé naguère

     A croire qu’en ma couleur réside ma douleur

     Le chagrin sur ma peau la sueur sur mon cœur

                             Refrain

     J’ai peur pour nos fils, j’ai peur pour nos frères peur que la rue change  

     nos jardins en cimetières

     J’ai peur pour nos filles, j’ai peur pour nos sœurs peur que la rue leur 

     fasse oublier la pudeur

                              -III-

     On se marie avec la rue sans l’avoir voulu

     Mais c’est dans le sens contraire qu’on évolue

     La rue fait que trois jeunes sur cinq sont perdus dans le shit et l’alcool

     Y a plus de cornes qui poussent que d’auréoles,

     A contre coeur, qu’ils mangent dans le même bol

     Les écoles font grève pour manque de sécurité

     Une délinquance qu’on veut balayer, aucune marge d’erreur n’est tolérée

     Toujours tendu … chaque coin de rue

     Il y a une poukave, un zouave, un brave qui se fait marave

     La fierté, la réputation avant le respect

     La menace y est

     

     C’est quoi la rue, c’est des coups tordus des sous-entendus

     Des soi-disant gangs de cités qui se perpétuent

     Des familles entières qui suent qui n’en peuvent plus

     Si toi t’as le sourire y en a d’autres qui pleurent puisqu une nouvelle  

     tombe est à fleurir

     Combien de vie la veuve noire a-t-elle pris ? Va-t-elle encore en prendre ?

     Se faire du tort à soi mˆme

     Faire le tour de la question, ne pas avoir encore trouvé la solution au  

     problème

                                Refrain

     J’ai peur pour nos fils, j’ai peur pour nos frères peur que la rue change 

     nos jardins en cimetières

     J’ai peur pour nos filles, j’ai peur pour nos soeurs peur que la rue leur   

     fasse oublier la pudeur

 Interprétes: Gad el Maleh, Dieudonné, Les Intégrés, 

         Auteurs: Gad el Maleh, Dieudonné, Les Intégrés,

         Compositeur : Faouzi Tarkhani

         Réalisation: Faouzi Tarkhani

         Clavier: Jean-Philippe Martin

         Programmation : Romaric L.

         Mixe: Jean-Dominique Grossard

                                     Refrain

         J’ai la haine, haine comme Tarzan accroché feul liane

         J’ai la haine, haine comme un lapin de garenne

         J’ai la haine, haine comme la montre citizen

         Et si t’es zen, zoum, zen, alors t’as pas la haine

                                     -I-

         Pfou, ça y est j’suis encore énervé

         J’ai des envies de Ah ! Rac ! Boum

         Comme dans les films de l’Amérique où les mecs et les flics

         Ils traquent les blacks pour du fric en vrac

         Ils attrapent, m’attrapent et patatrac, Rac, Mac

         Ce genre de truc qui frappe aux tripes

         Quand ça fait what yes, write, talking to me, talking to me

         Je vais prendre des cours de judo

         Parce que c’est plus mieux que le taekwondo

         J’ai pris des cours de karaté

         Grƒce aux cours de karaté, merci respect le karaté

         Rac, Mac, Tac et patatrac

         Je m’en fou ça me monte à la tête comme la moquette que j’écrase avec 

         mes pieds

         Oui, oui je suis énervé

         Et toi regarde-moi dans les yeux, regarde les nerfs qui sortent de ma  

         tête

         Regarde-moi dans les yeux, regarde les nerfs qui sortent de ma tête

         Je casse la vie, le monde, le globe

         Les extra-terrestres même

         Pfou, ça y est je suis encore énervé

         Le monde, ça y est je vais le déglinguer

         L’armoire, je vais la fracasser

         Même le piano je vais le désaccorder

         Grâce aux cours de karaté, les cours de karaté

         Yé, je vais tout casser, amène-moi quelque chose

         Même moi je vais tout casser

         A pardon toi je te connais

         A non pardon, maman je cherche quelqu’un pour le casser

                                     Refrain

         J’ai la haine, haine comme Tarzan accroché feul liane

         J’ai la haine, haine comme un lapin de garenne

         J’ai la haine, haine comme la montre citizen

         Et si t’es zen, zoum, zen, alors t’as pas la haine

                                     -II-

         Moi je prends le pari avec vous, on se met autour d’une table et on 

         règle le problème.

         Y a aucune raison qu’on trouve pas de solution.

         Aujourd’hui y a quatre fois plus de jeunes dans les prisons, pourquoi ?

         Ben moi je me pose la question.

         J’ai envie que tout ça, ça s’arrête et je dis, on prend le pari.

         On se retrouve tous ensemble autour d’une table et on discute.

         C’est d’ailleurs le programme que nous avons développer lors des 

         dernières élections.

         Mais aujourd’hui, plus raisonnablement, je crois que j’aime les jeunes, 

         est ce que je veux leur dire

         j’ai envie de vous tendre la main.

         Venez les jeunes, y a un atelier couture qui va s’ouvrir à partir du 14 

         mars et ensemble on va retrouver un peu d’énergie

         Un peu de you toutoutoutou

              

               Et ouf plouf, touf pouf couf ya hallouf

               Je te braque avec une pantoufle

               J’ai grandi dans le quartier du Val Fourré

               Délabré, défavorisé

               Cherche pas, avec le Maire, il nous donnait rien du tout

               On a monté les warios, la partie va commencer

               Et elle a commencé la partie, à toi Said, parle en Arbi

                                         Refrain

               J’ai la haine, haine comme Tarzan accroch‚feul liane

               J’ai la haine, haine comme un lapin de garenne

               J’ai la haine, haine comme la montre citizen

               Et si t’es zen, zoum, zen, alors t’as pas la haine

  Interprètes : Faudel, Fares,

               Auteur : Faudel, Fares, Faouzi Tarkhani

               Compositeur; Faouzi Tarkhani

               Réalisation: Faouzi Tarkhani

               Programmation : Romaric L.

               Clavier: Jean-Philippe Martin

               Basse: Thierry Benjamin Maclier alias Mac-Lear

               Guitare: Alex Blandin

               Violon + section  : Farhat Bouallagui

               Derbouka : Mustapha Ettamri

               Mixe: Bruno Fourrier , Assistant : Matthieu

               

               -I-

               Lorsque ma mémoire me dit d’où je viens

               Lorsque je chante au nom de tous les miens

               Où est ma patrie, dis-moi d’où je viens

               Où sont mes racines, ma terre et les miens